Un viatge a Roian en 1880

gascon40200 Par Le 14/01/2021

Royan

 

 

Originau - 1880

las tres permèras paginas

 

Voyage à Royan début

P22 23

 

Fichier sonore : Un viatge a roianUn viatge a Roian (18.99 Mo)

 

Transcripcion deu tèxte

Un voyage à Royan

Moustey, le 17 septembre 1880

Mes chers compagnons de route,

Des six fringants touristes de Royan et de Soulac, me voici maintenant seul dans mon petit ermitage comme un oiseau qui ne bat plus que d'une aile. Aussi me prend-il fantaisie de roucouler en cadence quelques incidents de notre charmant mais périlleux voyage. Mon retour ici s'est effectué saupoudré de deux ou trois ondées qui ressemblaient bigrement à de bonnes averses. Pour vous, mes quatre chères tourterelles, en voyant le déluge d'eau qui vous claquemurait dans le presbytère de Vensac, vous avez dû faire entendre à tous les échos d'alentour une voix bien plaintive !...

Mais ne t'attardes (sic) plus à la vile prose, ô mon aimable muse ! Prends ton flageolet, ton luth, et redis à mes compagnons de voyage dans la langue des Dieux la partie fine de Royan. Et puisses-tu par tes chaleureux accents inspirer au bel Arthur les plus vifs regrets de s'être volontairement privé d'un sac entier d'émotions dont le souvenir vivra à jamais dans nos six intrépides cœurs !

Au paisan Bertomiu,

Si lo praube Pipió

Enqüèra es au mensh viu

Lo son amic Titió !

Badré bien mèi passar per las mans deu borrèu

Que de méter los pès jamés en 'quet Bordèu !...

C'est ainsi, Bertomiu, que contre cette bille

Où l'on t'abait traité comme un franc invécille,

P 22

Tu bomissais ta bile avec juste raison !

Quoique portant verret, oh ! C'est dur nom de nom !

Aux vadauds de serbir d'objet de moquerie !

Tu ne méritais point une telle abanie !

Un homme comme toi n'est pas un Carnabal !

Et Vordeaux contre toi se conduisit fort mal !

De ce que tu n'abais point inbenté la poudre

Et que de guerre hélas ! Tu n'étais pas un foudre,

Messius les vordelais eurent tort, mon garçon,

De te faire filer de si maubais coton !...

Moi j'ai fait ces jours-ci par une mer horrible

Un boyage à Royan ! Dieu ! Que c'était terrible !

Quel courage il fallait, pour ne pas aboir peur !

Abec nous que j'aurais boulu te boir, farceur,

Qui te plains de Vordeaux ! Dans ta grande furie tu dis,

Pauvre Pipiou, que jamais de ta bie

On ne te berra plus dans Vordeaux promener !

C'est sur mer et non là que l'on court du danger !

Car un aut par d'esclòps, un aut par de manches,

Es de viatjar sus mar sus un taulèr de planches,

Que d'anar dens Bordèu dab escuts au sacòt,

Dab lo ton panetèir en canaula a ton còth,

Crompar raubas, torchons, pendents per la toa hilha

Un tapacuu per tu ! Fau pas sonque mosilha !

Ton viatge de Bordèu es un amusament !

E de l'aine que hès pr'avéder un chic de bren,

Quòn vens te plànher tan deus torns de passa-passa

Qui t'an hèit a Bordèu ! Tot aquò qu'es cocasse !

P 23

Mes autament seriós es mon viatge a Roian,

Te'n vau har lo recit, Pipiou, escota plan.

D'abord premeirament per rénder clar mon conde

Que vau te detalhar los nòms deu charmant monde

Qui viatgèva dab jo. Lo premèir èra Aubin,

Qui shets d'Arthur son hilh, metrèva tròp d'aiga au vin

Dont s'es metut marchand per mèi ganhar moneda ;

Car n'es pas briga pèc lo gojat ic pòds créder !

Adara, Bertomiu, ne lo jutgis pas mau

Percé de'queth baptême, ou gare, Diu ma dau !

Car dens tot Arcaishon que hèi lo bèth, la pluja !

E tu que passarèvas per ua famusa cuja

Si parlèvas contra eth ! Pensa donc, que t'ic dit

Tot com l'ungle deu dit, deu maire qu'es amic !...

Marineta, ma sòr, com ua Reina de França

Crana e majestuosa, èra segonda en dança !...

Ma naboda Julia, bròia com son tonton,

Bèra dòna, ma fòi, troisième èra au violon !

La regenta Maria, a bona e fina blaga

Tot com un avocat e dont lo nas apaga

Hadè lo cuarteron !... La cinquième au clupèth,

Bròia com un miralh, brava com un anhèth,

Modèsta com un sòu, portèva nòm Adèla

E com sa sòr Maria es regenta modèla !...

Lo chenième èri jo, nomat per la mia mair,

Marc-Antoine, Jan Prim, Trabuc o Cucapair ;

Los nòms m'èran balhats selon lo mon merite ;

E que n'èi recebut une bèra marmite !

P24

Mes sui baptisat Blàsi, un bròi nòm si vos plait ;

E quan èri petit, hadossi lèd o bèth,

Com los grands paps d’Eslèirs, avui vèsta, culòta

E gilet en drap ros ! Biscavi, saprelòta !

D’autant que mons abits avèn servit dijà

Per lo mon hrair ainat ! Jamés donc d’estrena

Ne falè pas parlar. Çò de mei bròi enqüèra

Èra mon bonet roge. Ah ! d’aquera cohèra

Me sovirèi tostemps ! Car los auts escolièrs

De la mia cohadura arridèn ! J'en viscais !

Mes qu'es pro parlat ! Shens mei vabardage

Je bais te raconter mon périlleux boyage.

T’ic èi dit, èram sheis per ’quera excursion.

Los nòsts sacòts en mans partim donc d’Arcaishon,

Tots escarrabilhats, com quòn van en ua nòça !

D’arríder suu camin nes balhèrem ua bòça.

Un aut borg de Bordèu. E là, shens aboir pur,

Nous prenons tout d’avord lo vaishèth a bapur.

Avèm crompat babàs e biscuèits a la crèma ;

Nous pensions arriber comme « mars en Carême ».

En crocants los biscuèits pensèvam pas a mau,

Guinhèvam colar l’aiga, espièvam ço de nau.

Mais je pensais totun alors a ta galhèra,

Quand jadis tu tomvas de cap dens la ribière,

Et quan abec un cròc au plus profond de l’eau

Un homme te saisit par ton mignon tuyau.

P25

« Tirez ! Sans nada pur ! répétais-tu sans cesse !

« Bous m’escaraunhez vien et m’esquicez la fesse,

Et j'y ressens hélas une bibe dolur !

Mais totun tenez-von ! Bous serez mon saubur ! ..

Le ciel ne permit point dans cette conjoncture

Que ton corps aux poissons put serbir de pâture.

Tot dret sus lo vaishèth, arridèvi de tu,

E sustot de l’esquiç de ton turlututú !

M’auré bien embetat de càder en l’arribèira,

Har com tu lo plongeon car nagi com ua pèira.

Suu vaishèt a bapur son fòrt a son aisit,

I pòden minjar, búver, en pagants, òh ! bien dit !

Urós lo qui pren soin de bien plenhar sa pansa,

Car que fau lèu après, passar per une danse

Embetante, ma fòi ; car quòn viatjatz sus mar,

Lo roulis deu vaishèth produis un triste ahar

Sus lo vòst estomac ; shens avéder colica

Ètz forçat de gomir. Tanben ua gran barrica

Seré petita per conténer tot lo jus

Roge, canela o blu qui sòrt de chaque mus.

N’es pas bròi d’arrautar sustot pr’ua bèra dauna,

De har de grans arròcs tots com un buu qui brama !

Mes anètz, Diu ma dau, guardar dens l’estomac

Ua ratatolha atau, e qui hèi au patac.

Pressat per mon ventròt demandi, saprelòta,

Lo cròt on pòden har dravar la soa culòta ;

Car suu vaishèth n’es pas com au camin de hèr

On fau los ratafiàs guardar dens l’especièr.

P26

Me'n vau donc a l’indret on èra la cuveta

Sui pas meilèu postat dessús la migueleta

Que de 'queth trauc ganguèr l’aiga sautilha en haut

E flinga mon miralh. Mon praube cracamaut

En es tot anegat ! N’avui pas mau de vente

Urosament per jo ; car los qui an la correnta

Son a plànher, ma fòi, de faler damorar

Sus aquera seringa ! Ah ! Troderiderà !

Mon torn de França hèit, tròbi Julià, Adèla

Blasidas com la mòrt ! Benlèu sus l’escabèla

Suu planchat deu vaishèth, shets de permission

Gomissen a qui mèi shens har briga façon !

Enfin de-ci, de-là, d’auts se meten en dança !

Ah ! fichut mau de mar ! Com sas vuitar la pansa !

Les dames, los mossurs hèn los mèmes harròcs !

Tots que criden benlèu com ua tropa de cròcs !

Dijà tot lo planchèir es cobèrt de fritura ;

Las damas hèn tot roja e los mossurs, garbura.

Cependent malgré tout ua dama tinè bon

E per ne pas gomir croquèva un bèth citron

« Un citron, disait-elle, est le meilleur tonique

« Contre le mal de mer ! Vomissement, colique

« Pas danger, qu’on en ait, quand on en a mangé !

« Aussi je ne crains rien, je suis en sûreté !

« Royan me reverra, charmante, rose et fraîche

« Je pourrai me carrer dans ma belle calèche.

P27 -

« Mesdames, croyez-moi, mangez un beau citron,

« Contre le mal de mer vous tiendrez toujours bon ! »

N’a pas meilèu finit sa bèra plaidoirie

Que de son estomac toute l’artillerie

Deu citron, deu disnar, que sòrt en train-express,

E salis deus vesins la figure e los pès !

La prauba malurosa èra tota capòta !

Tots d’arríder a qui mèi ! Mes tanben , saprelòta !

Percé se cantar tant ! C’était trop de fatras !

Mais laissons cette Dame abeque son millàs !

L’aiga dens lo vaishèth entrèva com ua hòla !

Chèiras, damas, mossurs, hadèn la cabriòla ;

Car las vagas vinèn segotir lo vaishèth

Tant e tant que crenhí tustemps per la mia pèth.

Benlèu los voyajurs de la segonda classa

Faluren desguerpir, se n'anar préner plaça

A l’aut cap deu vaishèth ; Car à chaque moment

Las vagas de la mar, terrible amusament

Plenhèvan lo vaishèth ! e com ua arribèira

L’aiga se promenèva ! En avui la tremblèira !

Car jo mèi coratjós que mons auts companhons,

Qui s'èran escapats com de praubes poitrons

Que m’èri damorat a ma premièra plaça !

Me'n hadè presque dòu, car tustemps l’aiga en massa

Entrèva suu vaishèth. Seloment per ne pas

Briga me har molhar ni solièrs, ni debàs,

P28

Avui montat de pès sus ua grana escabèla

Per ne pas chavirar de 'quera manivèla

Me tini dab las mans en un petit piquet

Com sus ua jamplinèira èri aquí tot dret.

Avui mancat vint còps de pérder l’équilibre !

Pour ne pas chambarder ne fallait pas être ibre !

Car la mer secouait tellement le vâteau

Que je craignais toujours qu’il s’engloutit dans l’eau !

Près de moi caquetait une certaine Dame

Restée en cet endroit par pure vonté d’âme,

Car près d’elle accroupi se troubait un monsieur

Qui paraissait souffrir ! La dame avec douceur

S’enquérait de son mal, boulant y mettre un vaume !

Mais celle-ci n’abait pas un mot de cet homme

Qui les mains sur son front, le corps tout accroupi

Les pieds nageant dans l’eau, presque de froid transi,

Faisait grand’ peine à boir ! Enfin le capitaine

Le boit dans cet état : il en a de la peine.

Mais Monsieur, lui dit-il, ne restez donc plus là,

Bous êtes tout trempé ! « Criez plus que cela !

Car il doit être sourd s’écrie alors la dame !

Boilà déjà longtemps que de lui je réclame

Qu’il sorte de ce lieu, mais cet original

Ne répond pas un mot à mon zèle amical ! »

« Madame, taisez-bous, abec botre parlotte

Dit alors le monsieur, bous n’êtes qu’une sotte !

P29

« Pour bous mon commandant, merci de botre soin,

« Mais d'ici croyez-vien je ne sortirai point ;

« Je bomirais d’avord si je changeais de place !

« Même si je parlais ! Laissez-moi donc, de grâce ! »

« Tant-pis pour bous, monsieur, lui dit le commandant »

Et la dame ajouta : « Laissons-là ce manant ! »

Tot acò, pensatz bien, me balhèt l’arridèra

Sustot quòn la commair partit tota en colèra !

Dempús dijà longtemps Roian que pareishè

Guinhèvam de la mar sas maisons, son clochèr

La tor de Cordoan sus son ròc solitaire

Lo petit casinò, lo pòrt, l’embarcadère ;

E chaque voajajur es escarabilhat

E creid que tot dangèr per nòst  viatge es passat.

Mes boilà que'n plenh mar lo nòst vaishèth s’arrèsta

Ne pòt p'anar mèi pròishe ! Ah ! N‘èram pas en hèsta !

Meitats bius, meitats mòrts, que fau nes embarrar

Sus un estret batèu tot hèit per chavirar !

Car per se chambardar, e har la pirouette

Farrèu pas jomplinar sus aquera cuvette !

Que crei que sufiré d’avéder lo sanglut

Per har virar porquet ! Ah lo triste bahut !

Com un cresc d'esquilhòt sus las vagas dansèva !

L’aiga a flor deu vaishèth sovent dehens entrèva

Lo besonh de gomir s’emparèt de Julià,

Jalosa de Julià, sa bròia tanta Adèla

Hèi la mèma musica e la mèma canèla !

P30

Lo pilote tustemps disè : "Ne vougez pas,

Nom d'un chien ! Le vateau sans ça ba couler bas !"

Per comble de malhur i manquèva ua cavilha ! ...

Debarquèrem enfin de 'quera bròia coquille !

n'éra pas mèi trop lèu, car teni a ma pèth,

E n'èri pas shens paur sus aqueth foutriquet !...

Sopar, nes promenar, dromir la matinada,

Es chic interessant ! Pàssam a la volada

Sus aquò, sus tanben nòst viatge a Pontalhac,

tórnam sus lo vaishèth qui marche vers Solac !

Ah ! bona Mair de Diu, sis tota benedida

De ta proteccion ! Car hélas ! Que fau díder

Qu'am corrut aqueth jorn un terrible dangèr !

Oh ! paubre Bertomiu, que tu aurais crié

En boyant arriber ces bagues en furie

Qui nous faisaient danser sans en aboir enbie !

Tout le monde abait pur à ces montagnes d'eau !

Aussi l'on bomissait !!! C'étaient de brais ruisseaux !

Marià eut veau bouloir retenir sa mitraille

Rien n'y fit, hou, hou, hou ! Bifteck, sole, ripaille,

Tout partit à la fois sur Julià, sur ma sœur

Dont le châle reçut ce ragoût en primeur

A quate pas de jo l'institutrice Adèla

Se purguèva au mèi bròi ! Tot pròche ua damisèla,

Alice, hèi canhòts ! com Prunille sa mamà

De l'avéder embarcada en un tau ratafià !

Sa mamà de cridar : "Viens près de moi drôlesse,

Allons, dépêche-toi ! Mais à sa gentillesse

P31

Alice répond : Non, qu'elle beut bomir là !

Appelle sa maman ! Têtue ! Et cætera !

Presque tous sur le pont faisaient triste figure

Car presque tous faisaient la même confiture,

Et le même millas ! Partout autour de moi,

Quel brouhaha de cris ! Oh ! C'était veau ma foi,

D'entendre de tout vord ce vruit d'artillerie !..

Sans qu'on dit au boisin : " Gare à ma vatterie !..

Et s'il bous arribait de lancer ce ragoût

Sur l'un de vos boisins, il riait, boilà tout

Je n'eus point à bomir, mais totun je fis rire ;

Car une bague ayant segotit le nabire,

Je fis un patatras ! Mais à peine tomvé

L'on fut tout étonné de me trouber lebé !

Je visquai que la mer m'eut joué cette farce

Et j'aurai presque dit un certain mot en arce !

Enfin nous dévarquons, et disons tous en chœur :

" Plutôt que rebenir à Royan en bapeur,

Nous préférons aboir une vonne colique,

Aller dinc'à Bordeaux à poil sur une bique,

Minjar civèth de gat en plaça de lapin,

Dab un cotèth d'un sòu coupar lo mèi gran pin

Deu haut d'un puplièr descender shets d'escala,

Gratar deu cap aus pès pendents dus ans la gala,

Aus pòts com aus porcets nes har méter un bèth clau,

O nes har darrigar per Michel un cachau !

P32

Adiu, Roi deus Rouians, que Diu te patafiole

D'avant de tornar a ton molin har mòler !

Ne credis pas per 'quò que te'n vólim a tu !

Abec un vrai plaisir los cinc nous t'abons bu !

Mes abasa la mar, los planchèrs de las vacas

Nes van devath los pès ! Totas aquiras barracas

De vaishèths, de batèus, nes hèn ua paur de mòrt !

Nos qu'àimam a cantar quòn viatjam, nòm d'un sòrt !

Los dus charmants pijons qui dab nos auts viatjèvan

E qui jamès d'un pas, jamès ne se quitèvan

An divut dens un cunh se n'anar rocolar !

Oh ! Com divèn sofrir d'estar dab tots lan là !

La Dauna aimèva tant a se téner a la popa

Deu vaishèth a vapur ! et l'aut com ua socopa

Suit sa tasse, èra aquí ! Lo praubòt èra urós

D'espiar sa bèra arròsa, d'en sentir las amors !...

Pauvre Jeannette,

Qui chantait si bien lalirette !

Pauvre Jeannette,

Qui chantait si bien !

Triste et seulette,

Tu ne dis plus rien lalirette !

Triste et seulette,

Tu ne dis plus rien !

Écris-moi, cher Royan, quand du Verdon chez toi,

La mer n'y sera plus, ou passe toi de moi !

Septembre 1880                                                                                      Lestruhaut, marchand de roumatge

P33                                                                             Suite du voyage

A Royan, au Verdon, tel fût notre voyage !

Puis nous vîmes Soulac et son joli rivage

Qui de mon Mimizan me faisait souvenir !

Nous visitâmes tous avec un vrai plaisir

Son église longtemps restée ensevelie

Sous une haute dune, où jamais de la vie

Personne n'aurait cru qu'un temple était caché,

D'autant que sur sa crête et partout à côté

Se dressait de grands pins ! Le conseil maritime

Résolut un beau jour d'élever sur la cime

De cette dune un phare. Et déjà le terrain

Était presque aplani, quand la pioche soudain

Rencontre un corps solide au lieu d'aride sable ;

Ce corps n'était rien moins qu'une église admirable !

Mais hélas ! Elle était à moitié pleine d'eau !

On y prie aujourd'hui le bon Dieu de nouveau !

Un spectacle pareil valait bien le voyage

D'Arcachon à Soulac et même davantage...

Adieu, Verdon, Soulac et Tour de Cordouan !

Car le chemin de fer va partir à l'instant,

Nous laissons à Vensac nos quatre tourterelles

Qui s'en vont becqueter les grappes les plus belles

Des raisins du verger d'un excellent curé

Tout heureux d'héberger ce bataillon rusé.

P34

A compter les raisins croqués cette semaine

Par ces gentils oiseaux, on y perdrait sa peine !

Et cela se comprend ; après le mal de mer

On ne peut que sentir un appétit d'enfer ;

Seulement les raisins firent encor(e) l'office

D'un purgatif gratis ; tout fut donc bénéfice !

Mais pendant ce temps-là Ducos Aubin et moi

Nous roulions en wagon ; là toute notre foi

Fut mise à rude épreuve ! En effet un compère

Bavardait et mentait comme un apothicaire.

"Le chemin du Médoc nous dit-il en riant,

Est un chemin de fer qui va si lestement,

Que voyant du cresson, j'entr'ouvre la portière

Et sans faire un ni deux, me voilà jusqu'à terre ;

De ce légume aimé je cueille un gros paquet...

Or pendant ce temps-là le train toujours marchait...,

Mais ce monsieur est fou, disait-on à la ronde !

Au revoir cher monsieur me criait tout le monde !

Nous vous annoncerons à Bordeaux pour demain ;

Mais surtout n'allez pas manquer le premier train ;

Nous voulons avec vous manger votre salade,,,

Moi riant comme un fou de cette canonnade,

Dans trois ou quatre bonds je suis à mon wagon,

Et fier je montre à tous mon paquet de cresson !.."

Tout le monde riait de son tour de force.

Aussi la vérité reçut une autre entorse

De ce monsieur qui dit : "Au chemin de Cazaux

C'est bien plus fortement ! Mais ici le héros

Est un simple facteur monté sur des échasses !

Le train était parti dévorant les espaces !...

Mais l'échassier bientôt en route l'atteignit ;

Avec le chef de train à causer il se mit,

Depuis quelques instants ensemble la causette

Ils faisaient tous les deux : "Facteur que je suis bête,

Montez donc sur le train, lui dit le conducteur !

Oh non je suis pressé, lui répond le facteur,

Je suis sûr de gagné sur vous trois kilomètres !

Quand vous arriverez, j'aurais remis mes lettres ! "

Piqué de ce propos, vite le conducteur

Sans peur de dérailler lance à toute vapeur

Sa machine et son train. Il arrive à La Teste,

Où le malin facteur lui sourit, et d'un geste

Lui fait cinq pans de nez ! Et le mécanicien

Penaud comme un renard, ne sait lui dire rien !

Tel fut par à peu près le dernier épisode

Du voyage à Royan, dont je vous ai fait l'ode.

Lestruhaut dit Titiou, marchand de roumatge.

L'auteur est l'abbé Blaise Marie Delest, fils de Jean Baptiste et donc frère d'André mon ancêtre. Il est né en 1827 à Pontenx et mort à Moustey en 1890. Je ne sais pas quand il s'y est installé, on peut supposer vers 1860. Son adresse est le presbytère de Moustey.

Philippe Delest - Paris - 2021

 

 

Traduccion deu tèxte

Un voyage à Royan

Moustey, le 17 septembre 1880

Mes chers compagnons de route,

Des six fringants touristes de Royan et de Soulac, me voici maintenant seul dans mon petit ermitage Comme un oiseau qui ne bat plus que d'une aile. Aussi me prend-il fantaisie de roucouler en cadence Quelques incidents de notre charmant mais périlleux voyage. Mon retour ici s'est effectué saupoudré de Deux ou trois ondées qui ressemblaient bigrement à de bonnes averses. Pour vous, mes quatre chères Tourterelles, en voyant le déluge d'eau qui vous claquemurait dans le presbytère de Vensac, vous avez dû Faire entendre à tous les échos d'alentour une voix bien plaintive !...

Mais ne t'attarde plus à la vile prose, ô mon aimable muse ! Prends ton flageolet, ton luth, et redis à mes Compagnons de voyage dans la langue des Dieux la partie fine de Royan. Et puisses-tu par tes chaleureux Accents inspirer au bel Arthur les plus vifs regrets de s'être volontairement privé d'un sac entier D'émotions dont le souvenir vivra à jamais dans nos six intrépides cœurs !

A Berthomieu le paysan,

Si le pauvre Pipiou

Est encore au moins vivant

Son ami Titiou !

Il vaudrait bien mieux passer par les mains du bourreau

Que de mettre les pieds jamais en ce Bordeaux !...

C'est ainsi, Berthomieu, que contre cette ville

Où l'on t'avait traité comme un franc imbécile,

P22

Tu vomissais ta bile avec juste raison !

Quoique portant béret, oh ! C'est dur nom de nom !

Aux badauds de servir d'objet de moquerie !

Tu ne méritais point une telle avanie !

Un homme comme toi n'est pas un Carnaval !

Et Bordeaux contre toi se conduisit fort mal !

De ce que tu n'avais point inventé la poudre

Et que de guerre hélas ! Tu n'étais pas un foudre,

Messieurs les bordelais eurent tort, mon garçon,

De te faire filer de si mauvais coton !...

Moi j'ai fait ces jours-ci par une mer horrible

Un voyage à Royan ! Dieu ! Que c'était terrible !

Quel courage il fallait, pour ne pas avoir peur !

Avec nous que j'aurais voulu te voir, farceur,

Qui te plains de Bordeaux ! Dans ta grande furie

Tu dis, pauvre Pipiou, que jamais de ta vie

On ne te verra plus dans Bordeaux promener !

C'est sur mer et non là que l'on court du danger !

Car une autre paire de sabots, une autre paire de manches,

Est de voyager sur la mer sur un amas de planches,

Que d'aller dans Bordeaux avec des écus dans la bourse,

Avec ton panetier en collier à ton cou,

Acheter robes, torchons, pendentifs pour ta fille,

Un tapecul pour toi ! Il ne faut que monnaie !

Ton voyage de Bordeaux est un amusement !

Et de l'âne que tu fais pour avoir un peu de son,

Quand tu viens te plaindre tant des tours de passe-passe

Qu’ils t'ont fait à Bordeaux ! Tout cela est cocasse !

P23

Mais autrement sérieux est mon voyage a Royan,

Je vais t’en faire le récit, Pipiou, écoute bien.

D'abord premièrement pour rendre clair mon conte

Je vais te détailler les noms du charmant monde

Qui voyageait avec moi. Le premier était Aubin,

Qui sans  Arthur son fils, mettait trop d'eau au vin

Lequel c'est fait marchand pour gagner plus d’argent ;

Car il n'est pas du tout idiot le jeune, tu peux le croire !

Maintenant, Berthomieu, ne le juge pas mal

À cause de ce baptême, ou gare, Dieu me damne !

Car dans tout Arcachon il fait le beau temps, la pluie !

Et toi tu passerais pour une fameuse courge

Si tu parlais contre lui ! Pense donc, je te le dis

Tout comme l'ongle du doigt, du maire il est ami !...

Marinette, ma sœur, comme une Reine de France

Fière et majestueuse, était seconde en danse !...

Ma nièce Julia, belle comme son tonton,

Belle femme, ma foi, troisième était au violon !

L’institutrice Marie, a bonne et fine blague

Tout comme un avocat et dont le nez plaît

Faisait la quatrième !... La cinquième à l’enveloppe

Belle comme un miroir, douce comme un agneau,

Modeste comme un sou portait le nom d'Adèle

Et comme sa sœur Marie est institutrice modèle !...

Le sixième c’était moi, appelé par ma mère,

Marc-Antoine, Jan le mince, embûche ou Cuquepay ;

Les noms me furent donnés selon mon mérite ;

Et j’en ai reçu une belle marmite !

P24

Mais je suis baptisé Blaise, un beau nom s’il vous plaît ;

Et quand j’étais petit, que je fusse laid ou beau,

Comme les grands paps d’Esleys, j’avais veste, culotte

Et gilet en drap roux ! Je bisquais, saperlotte !

D’autant que mes habits avaient servi déjà

Pour mon frère ainé ! Jamais donc d’étrenne

Il n’en fallait pas parler. Le plus beau encore

Était mon bonnet rouge. Ah ! De cette coiffure

Je me souviendrai toujours ! Car les autres écoliers

Riaient de ma coiffure ! J’en bisquais !

Mais c'est assez parlé ! Sans plus de bavardage

Je vais te raconter mon périlleux voyage.

Je te l'ai dit, nous étions six pour cette excursion.

Nos petits sacs en mains nous partîmes donc d’Arcachon,

Tout guillerets, comme quand on va en une noce !

De rire sur le chemin nous nous fîmes une bosse.

Un autre bourg de Bordeaux. Et là, sans avoir peur,

Nous prenons tout d’abord le bateau à vapeur.

Nous avions acheté des babas et des biscuits à la crème ;

Nous pensions arriver comme « mars en Carême ».

En croquant les biscuits nous ne pensions pas à mal,

Nous guignons couler l’eau, regardions les nouveautés.

Mais je pensais tout de même alors à ta vigueur,

Quand autrefois tu piquas une tête dans la rivière,

Et quand avec un croc au plus profond de l’eau

Un homme te saisit par ton mignon tuyau.

P25

« Tirez ! Sans peur aucune ! répétais-tu sans cesse !

« Vous m’écorchez bien et me déchirez la fesse,

Et j’y sens hélas une vive douleur !

Mais tenez bien tout de même ! Vous serez mon sauveur ! ..

Le ciel ne permit point dans cette conjoncture

Que ton corps aux poissons puisse servir de pâture.

Tout droit sur le vaisseau, je riais de toi,

Et surtout de la déchirure de ton turlututu !

Cela m’aurait bien embêté de tomber à la rivière,

Faire comme toi le plongeon car je nage comme une pierre.

Sur le bateau à vapeur ils sont fort à leur aise,

On peut y manger, boire, en payant. Oh ! Bien dit !

Heureux celui qui prend soin de bien remplir sa panse,

Car il faut aussitôt après, passer par une danse

Embêtante ma foi ; car quand vous voyagez sur la mer,

Le tangage du bateau produit une triste affaire

Sur votre estomac ; sans avoir de colique

Vous êtes forcé de vomir. Aussi une grande barrique

Serait petite pour contenir tout le jus

Rouge, cannelle ou bleu qui sort de chaque museau.

Ce n’est pas beau de roter surtout pour une belle dame,

De faire de grands rots tout comme un bœuf qui brame !

Mais allez, Dieu me damne, garder dans l’estomac

Une telle ratatouille, et qui fait bataille.

Pressé par mon petit ventre je demande, saperlotte,

L’endroit où l’on peut baisser sa culotte ;

Car sur le bateau ce n’est pas comme au chemin de fer

Où l'on peut garder les ratafias dans le garde-manger.

P26

Je m’en vais donc à l’endroit où était la cuvette,

Je ne suis pas plutôt posté sur la lunette

Que de ce trou malpropre l’eau sautille en haut

Et gifle mon miroir. Mon pauvre champignon

En est tout noyé ! Je n’avais pas mal au ventre

Heureusement pour moi ; car ceux qui ont la courante

Sont à plaindre, ma foi, de devoir demeurer

Sur cette seringue ! Ah ! Trou dèri dèra !

Mon tour de France fait, je trouve Julia, Adèle

Pâles comme la mort ! Bientôt sur le siège

Sur le plancher du bateau, sans permission

Vomissent à qui mieux-mieux sans aucune façon !

Enfin de-ci, de-là, d’autres se mettent en danse !

Ah ! Fichu mal de mer ! Comme tu sais vider la panse !

Les dames, les messieurs font les mêmes rots !

Tous crient bientôt comme une troupe de corbeaux !

Déjà tout le plancher est couvert de friture ;

Les dames font tout rouge et les messieurs, garbure.

Cependant malgré tout une dame tenait bon

Et pour ne pas vomir croquait un beau citron

« Un citron, disait-elle, est le meilleur tonique

« Contre le mal de mer ! Vomissement, colique

« Pas danger, qu’on en ait, quand on en a mangé !

« Aussi je ne crains rien, je suis en sûreté !

« Royan me reverra, charmante, rose et fraîche

« Je pourrai me carrer dans ma belle calèche.

P27

« Mesdames, croyez-moi, mangez un beau citron,

« Contre le mal de mer vous tiendrez toujours bon ! »

Elle n’a pas plutôt finit sa belle plaidoirie

Que de son estomac toute l’artillerie

Du citron, du dîner, sort en train-express,

Et salit des voisins la figure et les pieds !

La pauvre malheureuse était toute confuse !

Tous de rire à qui mieux-mieux ! Mais aussi, saperlotte !

Pourquoi se vanter tant ! C’était trop de fatras !

Mais laissons cette dame avec son millas !

L’eau dans le bateau entrait comme une folle !

Chaises, dames, messieurs, faisaient la cabriole ;

Car les vagues venaient secouer le vaisseau

Tant et tant que je craignais tout le temps pour ma peau.

Bientôt les voyageurs de la seconde classe

Durent déguerpir, s’en aller prendre place

A l’autre bout du vaisseau ; Car à chaque moment

Les vagues de la mer, terrible amusement

Remplissaient le bateau ! Et comme une rivière

L’eau se promenait ! J’en eu la tremblère !

Car moi plus courageux que mes autres compagnons,

Qui s'étaient échappés comme de pauvres poltrons,

J’étais resté à ma première place !

J’en avais presque du regret, car toujours l’eau en masse

Entrait sur le bateau. Seulement pour ne pas

Du tout me faire mouiller ni les souliers, ni les bas,

P28

J’étais monté debout sur un grand siège

Pour ne pas chavirer de cette bascule

Je me tenais avec les mains à un petit piquet

Comme sur une balançoire j’étais là tout droit.

J’eu manqué vingt fois de perdre l’équilibre !

Pour ne pas chambarder ne fallait pas être ivre !

Car la mer secouait tellement le bateau

Que je craignais toujours qu’il s’engloutit dans l’eau !

Près de moi caquetait une certaine dame

Restée en cet endroit par pure bonté d’âme,

Car près d’elle, accroupi se trouvait un monsieur

Qui paraissait souffrir ! La dame avec douceur

S’enquérait de son mal, voulant y mettre un baume !

Mais celle-ci n’avait pas un mot de cet homme

Qui les mains sur son front, le corps tout accroupi

Les pieds nageant dans l’eau, presque de froid transi,

Faisait grand peine à voir ! Enfin le capitaine

Le voit dans cet état : il en a de la peine.

Mais Monsieur, lui dit-il, ne restez donc plus là,

Vous êtes tout trempé ! « Criez plus que cela !

Car il doit être sourd s’écrie alors la dame !

Voilà déjà longtemps que de lui je réclame

Qu’il sorte de ce lieu, mais cet original

Ne répond pas un mot à mon zèle amical ! »

« Madame, taisez-vous, avec votre parlotte

Dit alors le monsieur, vous n’êtes qu’une sotte !

P29

« Pour vous mon commandant, merci de votre soin,

« Mais d'ici croyez-bien je ne sortirai point ;

« Je vomirais d’abord si je changeais de place !

« Même si je parlais ! Laissez-moi donc, de grâce ! »

« Tant-pis pour vous, monsieur, lui dit le commandant »

Et la dame ajouta : « Laissons-là ce manant ! »

Tout cela, pensez bien, me donna le fou rire

Surtout quand la compagne partit toute en colère !

Depuis déjà longtemps Royan paraissait,

Nous guignions de la mer ses maisons, son clocher

La tour de Cordouan sus son roc solitaire,

Le petit casino, le port, l’embarcadère ;

Et chaque voyageur est émerveillé

Et croit que tout danger pour son voyage est passé.

Mais voilà qu'en pleine mer notre vaisseau s’arrête

Ne peut pas aller plus proche ! Ah ! Nous n’étions pas en fête !

Moitiés vifs, moitiés morts, il faut nous embarquer

Sur un étroit bateau bien fait pour chavirer !

Car pour se chambarder, et faire la pirouette

Il ne faudrait pas se balancer sur cette cuvette !

Je crois qu’il suffirait d’avoir le hoquet

Pour faire virer le petit cochon ! Ah le triste baquet !

Comme une coquille de noix sur les vagues dansait !

L’eau à fleur du bateau souvent dedans entrait,

Le besoin de vomir s’empara de Julia,

Qui avait des renvois à tout faire chavirer

Jalouse de Julia, sa belle tante Adèle

Fait la même musique et la même cannelle !

P30

Le pilote disait tout le temps : "Ne bougez pas,

Nom d'un chien ! Le bateau sans ça va couler bas !"

Par comble de malheur il y manquait une cheville !

Nous débarquâmes enfin de cette belle coquille !

Il n'était pas trop tôt, car je tenais à ma peau,

Et je n'étais pas sans peur sur ce foutriquet !...

Souper, nous promener, dormir la matinée,

Est peu intéressant ! Nous passons a la volée

Sur cela, sur aussi notre voyage à Pontaillac,

Nous retournâmes sur le vaisseau qui marche vers Soulac !

Ah bonne Mère de Dieu, sois toute bénite

De ta protection ! Car hélas ! il faut dire

Que nous avons courut ce jour un terrible danger !

Oh ! pauvre Berthomieu, que tu aurais crié

En voyant arriver ces vagues en furie

Qui nous faisaient danser sans en avoir envie !

Tout le monde avait peur de ces montagnes d'eau !

Aussi l'on vomissait !!! C'étaient de vrais ruisseaux !

Marie eut beau vouloir retenir sa mitraille

Rien n'y fit, hou, hou, hou ! Bifteck, sole, ripaille,

Tout partit à la fois sur Julia, sur ma sœur

Dont le châle reçut ce ragoût en primeur

A quatre pas de moi l'institutrice Adèle

Se purgeait tant et plus ! Tout proche une demoiselle,

Alice, dégobille ! comme Prunille sa maman

De l'avoir embarquée dans un tel ratafia !

Sa maman de crier : "Viens près de moi drôlesse,

Allons, dépêche-toi ! Mais à sa gentillesse

P31

Alice répond : Non, qu'elle veut vomir là !

Appelle sa maman ! Têtue ! Et cætera !

Presque tous sur le pont faisaient triste figure

Car presque tous faisaient la même confiture,

Et le même millas ! Partout autour de moi,

Quel brouhaha de cris ! Oh ! C'était beau ma foi,

D'entendre de tout bord ce bruit d'artillerie !..

Sans qu'on dit au voisin : " Gare à ma batterie !..

Et s'il vous arrivait de lancer ce ragoût

Sur l'un de vos voisins, il riait, voilà tout

Je n'eus point à vomir, mais tout de même je fis rire ;

Car une vague ayant secoué le navire,

Je fis un patatras, mais à peine tombé

L'on fut tout étonné de me trouver levé !

Je bisquai que la mer m'eut joué cette farce

Et j'aurai presque dit un certain mot en arce !

Enfin nous débarquons, et disons tous en chœur :

" Plutôt que revenir à Royan en vapeur,

Nous préférons avoir une bonne colique,

Aller jusqu'à Bordeaux à poil sur une bique,

Manger civet de chat au lieu de lapin,

Avec un couteau ne valant rien couper le plus grand pin

Du haut d'un peuplier descendre sans échelle

Gratter de la tête aux pieds pendant deux ans la gale,

Aux lèvres comme aux porcelets nous faire poser un beau clou

Ou nous faire arracher par Michel une molaire !

P32

Adieu, Roi des Rouians (sardines), que Dieu te patafiole

Avant de retourner à ton moulin faire tourner la meule !

Ne crois pas pour cela que nous t'en voulions à toi !

Avec un vrai plaisir les cinq nous t'avons vu !

Mais s'aplanisse la mer, les planchers des vaches

Nous vont bien sous les pieds ! Toutes ces barraques

De vaisseaux, de bateaux, nous font une peur de mort !

Nous qui aimons à chanter quand nous voyageons, nom d'un sort !

Les deux charmants pigeons qui avec nous autres voyagèrent

Et qui jamais d'un pas, jamais ne se quittèrent

Ont dû dans un coin s'en aller roucouler !

Oh ! Comme ils ont dû souffrir d'être avec tous oh eh !

La Dame aimait tant se tenir à la poupe

Du vaisseau à vapeur ! Et l'autre comme une soucoupe

Suit sa tasse, il était là ! Le pauvret était heureux

De regarder sa belle rose, d'en sentir les amours !...

Pauvre Jeannette,

Qui chantait si bien lalirette !

Pauvre Jeannette,

Qui chantait si bien !

Triste et seulette,

Tu ne dis plus rien lalirette !

Triste et seulette,

Tu ne dis plus rien !

Écris-moi, cher Royan, quand du Verdon chez toi,

La mer n'y sera plus, ou passe toi de moi !

Septembre 1880                                                                                      Lestruhaut, marchand de fromage

P33                                                                             Suite du voyage

A Royan, au Verdon, tel fût notre voyage !

Puis nous vîmes Soulac et son joli rivage

Qui de mon Mimizan me faisait souvenir !

Nous visitâmes tous avec un vrai plaisir

Son église longtemps restée ensevelie

Sous une haute dune, où jamais de la vie

Personne n'aurait cru qu'un temple était caché,

D'autant que sur sa crête et partout à côté

Se dressait de grands pins ! Le conseil maritime

Résolut un beau jour d'élever sur la cime

De cette dune un phare. Et déjà le terrain

Était presque aplani, quand la pioche soudain

Rencontre un corps solide au lieu d'aride sable ;

Ce corps n'était rien moins qu'une église admirable !

Mais hélas ! Elle était à moitié pleine d'eau !

On y prie aujourd'hui le bon Dieu de nouveau !

Un spectacle pareil valait bien le voyage

D'Arcachon à Soulac et même davantage...

Adieu, Verdon, Soulac et Tour de Cordouan !

Car le chemin de fer va partir à l'instant,

Nous laissons à Vensac nos quatre tourterelles

Qui s'en vont becqueter les grappes les plus belles

Des raisins du verger d'un excellent curé

Tout heureux d'héberger ce bataillon rusé.

P34

A compter les raisins croqués cette semaine

Par ces gentils oiseaux, on y perdrait sa peine !

Et cela se comprend ; après le mal de mer

On ne peut que sentir un appétit d'enfer ;

Seulement les raisins firent encore l'office

D'un purgatif gratis ; tout fut donc bénéfice !

Mais pendant ce temps-là Ducos Aubin et moi

Nous roulions en wagon ; là toute notre foi

Fut mise à rude épreuve ! En effet un compère

Bavardait et mentait comme un apothicaire.

"Le chemin du Médoc nous dit-il en riant,

Est un chemin de fer qui va si lestement,

Que voyant du cresson, j'entrouvre la portière

Et sans faire un ni deux, me voilà jusqu'à terre ;

De ce légume aimé je cueille un gros paquet...

Or pendant ce temps-là le train toujours marchait...,

Mais ce monsieur est fou, disait-on à la ronde !

Au revoir cher monsieur me criait tout le monde !

Nous vous annoncerons à Bordeaux pour demain ;

Mais surtout n'allez pas manquer le premier train ;

Nous voulons avec vous manger votre salade,,,

Moi riant comme un fou de cette canonnade,

Dans trois ou quatre bonds je suis à mon wagon,

Et fier je montre à tous mon paquet de cresson !.."

Tout le monde riait de son tour de force.

Aussi la vérité reçut une autre entorse

De ce monsieur qui dit : "Au chemin de Cazaux

C'est bien plus fortement ! Mais ici le héros

Est un simple facteur monté sur des échasses !

Le train était parti dévorant les espaces !...

Mais l'échassier bientôt en route l'atteignit ;

Avec le chef de train à causer il se mit,

Depuis quelques instants ensemble la causette

Ils faisaient tous les deux : "Facteur que je suis bête,

Montez donc sur le train, lui dit le conducteur !

Oh non je suis pressé, lui répond le facteur,

Je suis sûr de gagner sur vous trois kilomètres !

Quand vous arriverez, j'aurais remis mes lettres ! "

Piqué de ce propos, vite le conducteur

Sans peur de dérailler lance à toute vapeur

Sa machine et son train. Il arrive à La Teste,

Où le malin facteur lui sourit, et d'un geste

Lui fait cinq pans de nez ! Et le mécanicien

Penaud comme un renard, ne sait lui dire rien !

Tel fut par à peu près le dernier épisode

Du voyage à Royan, dont je vous ai fait l'ode.

                                                                                                              Lestruhaut dit Titiou, marchand de fromage.

L'auteur est l'abbé Blaise Marie Delest, fils de Jean Baptiste et donc frère d'André mon ancêtre. Il est né en 1827 à Pontenx et mort à Moustey en 1890. Je ne sais pas quand il s'y est installé, on peut supposer vers 1860. Son adresse est le presbytère de Moustey.

Philippe Delest - Paris - 2021

en gascon et français Histoire d'un voyage à Royan