Mimizan

  • Mimisius

    Par Le 06/01/2020

    Mamisan - plaja

    La dernière modification côtière, vers 1828, a déplacé le « courant » vers le nord ; en témoignent aujourd'hui les deux petits étangs de la "Malhoèira", Mailloueyre en graphie française. 

     

    Les gens du Pays de Born, au sein duquel est bien ancrée cette commune littorale, prononcent « Mamisan », à la gasconne. Étrange évolution phonétique parfois des noms de lieux !

    D’une première mention « ecclesia Sanctae Mariae de Mimisan » dans une charte de 1009 à des formes telles que Mimisano ou Mimisani au gré des déclinaisons latines transcrites par les copistes médiévaux, on observe pourtant une certaine constante. Elle laisse entendre que l’appellation de la paroisse vient d’un nom antique, Mimisius. Assez rare dans la recension des noms latins, il est cependant attesté ; c’est-à-dire dûment repéré dans une inscription latine.

    Et le chercheur en toponymie, attentif à des évolutions comparables en domaine gascon et occitan en général, de reconstruire le cheminement de la prononciation du nom à travers les siècles : Mimisianu(m) ou Mimisiano, puis Mimisian et Mimeisan se réduisant ensuite à Mimesan qui se modifie en Memisan et enfin Mamisan.

    Où se situait la propriété du dit Mimisius ? Mystère. Mais l’on sait qu’elle était probablement installée à quelques lieues de l’antique voie littorale menant à Dax et de la station de Segosa, mentionnée par l’Itinéraire d’Antonin. Laquelle est aujourd’hui identifiée au nord-ouest de la commune voisine de Saint-Paul-en-Born.

    En effet, des fouilles archéologiques réalisées entre 1977 et 1994 y ont révélé, précisément aux lieux-dits Loubeyres et Tuc de l’Église, un cimetière à incinération du premier âge de fer et des vestiges d’époque romaine (fondations, céramique) et du Moyen Âge (petit mobilier métallique).

     

    Sur son petit fleuve côtier Le Courant

    Mimizan a toujours eu quelque importance en bordure de son petit estuaire dont le parcours a évolué au gré des siècles et des modifications côtières (la dernière, vers 1828, déplace le « courant » vers le nord, laissant pour témoignage de l’ancien exutoire les deux petits étangs des Mailloueyres). Ainsi, en 982, le duc Guillaume Sanche (Guilhèm Sanç) donne à l’abbaye de Saint-Sever l’ancien territoire du prieuré de Notre-Dame, avec privilèges de franchise. Cela fait de Mimizan une « sauvetat » dont on repère les limites grâce aux « pyramides de sauveté », en fait des bornes en « pèira nhòga » ou « garluche », hautes de 4 mètres et surmontées d’une croix.

    Bien avant le tourisme et l’activité papetière, la paroisse de Mimizan recevait, par une autorisation de Guillaume, comte de Poitiers et duc d’Aquitaine, des dîmes sur les pêcheries établies sur le petit fleuve côtier. Depuis, évidemment, beaucoup d’eau a coulé sous la passerelle de Gombaut et sous le pont Rouge…

     

    JJ Fénié

  • Les cours pour débutants - Présentation

    Par Le 30/08/2017

    Le gascon qu'es aquò ?

    C'est votre "patois" à vous les anciens qui le parlez encore un peu :

    Le gascon est une langue se rattachant au domaine occitano-roman ; ses premières traces remontent au XIIe siècle. C'était la langue administrative et juridique de l'Aquitaine jusqu'en 1453 et du Béarn jusqu'en 1620.

    Depuis 1990, il est officiel dans le Val d'Aran à côté du castillan et du catalan (et dans toute la Catalogne depuis 2006), mais ne dispose d'aucun statut officiel en France.

    L'aire linguistique traditionnelle du gascon comprend les départements des Landes, du Gers et des Hautes-Pyrénées dans leur intégralité, le Béarn, la majorité de la Gironde, la moitié des départements du Lot-et-Garonne, du Tarn-et-Garonne, de la Haute-Garonne et de l'Ariège. La vitalité du gascon est variable selon les régions, elle est par exemple plus forte dans les Pyrénées que sur la côte atlantique.

    Le gascon se divise en plusieurs familles de dialectes : pyrénéens, occidentaux, orientaux, septentrionaux, avec des mots qui varient parfois en peu de distance.

    Le gascon dans les Landes

    Les Landes se trouvent dans la partie occidentale du domaine gascon, c'est-à-dire que les -a et -e finaux se prononcent eu comme en français, et les subjonctifs se font en -i (que cau que cantis).

    La partie ouest du département est traditionnellement celle du parlar negue ou grand-landais (septentrional vers Biscarròsse, central dans le Bòrn, méridional dans le Maransin) dont la particularité principale est la prononciation œ de la lettre elœ hœmne qu'œs nœgue.  Dans cette zone, ''dire'' = díder= (prononcé dide).

    On distingue aussi le gascon des Petites Landes qui se rapproche du gascon central, et le gascon de Chalosse qui se rapproche du béarnais souvent utilisé comme gascon ''standard''. Dans cette zone, ''dire'' = díser = (prononcé dise).

    Tout cela sera évoqué plus précisément dans nos "amassadas", assemblées du mercredi et cours du lundi.